Je propose ma candidature

à l’élection présidentielle de 2017.

Cette démarche est née de ma candidature à la Primaire de la Belle Alliance Populaire, refusée parce qu’elle ne correspondait pas à la mode du temps. Nous représentions à cette primaire tous ceux qui pensent qu’il faut refonder un projet progressiste en France sur des bases et des repères solides, c’est à dire des fondations. Car l’injustice naît d’abord des failles éthiques : il nous faut rebâtir une société d’engagement, du lien, où la solidarité doit se conjuguer avec la responsabilité.

Nous ne pouvions pas arrêter : nous avons donc décidé de continuer, et de se préparer à une refondation que les français appellent de leur vœu. Cette refondation s’amorce, en 2017, avec l’élection présidentielle. Ma candidature s’inscrit dans cette perspective. Avec un devoir, une urgence, de transmission d’une plus belle société vers les générations à venir : c’est pourquoi, ma candidature s’inscrit dans un nouveau mouvement, lancé à travers cette campagne mais enraciné dans un héritage : La Jeune République.